GENERALITES

Il s’agit d’une maladie infectieuse virale rare due au virus Monkeypox, agent de la variole du singe. Les symptômes sont comparables à ceux de la variole mais la maladie est moins sévère et guérit en règle en 2 à 4 semaines.

Épidémiologie

-Début mai 2022, des cas de variole du singe (Monkeypox) sans lien direct avec un voyage en Afrique du Centre ou de l’Ouest où le virus est présent habituellement, ont été signalés en Europe et dans le monde.

-Début octobre 2022, environ 70000 cas d’infection par le Monkeypox, dont 27 décès, ont été enregistrés dans le monde dont près de 25000 provenant de 44 pays européens. https://www.who.int/emergencies/situation-reports

https://www.who.int/home/search?indexCatalogue=genericsearchindex1&searchQuery=monkeypox&wordsMode=AnyWord

-En France, en octobre 2022 environ 4000 cas confirmés ont été rapportés, dont plus de la moitié en Ile-de-France. Le pic de contaminations a eu lieu fin juin/début juillet. Depuis début juillet 2022 l’incidence de Monkeypox est en diminution progressive.

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-transmissibles-de-l-animal-a-l-homme/monkeypox

https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2022/cas-de-variole-du-singe-point-de-situation-au-18-octobre-2022

La très grande majorité des cas confirmés sont survenus chez des adultes et de sexe masculin (2,6 % sont de sexe féminin). Les cas confirmés adultes ont un âge médian de 36 ans, ont des partenaires sexuels multiples et sont des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Parmi les cas confirmés pour lesquels l’information est disponible, 91 (2,2 %) ont été hospitalisés du fait de leur infection par le virus Monkeypox.

Aucun décès n’a été signalé à ce jour en France.

Mode de transmission

La transmission interhumaine se produit principalement lors d’un contact prolongé direct physique cutanéo-muqueux avec une personne infectée (tel que relations sexuelles), et par inoculation de liquides biologiques (piqûre accidentelle chez un soignant).

La transmission en face à face par voie respiratoire : 

  • par l’intermédiaire de gouttelettes émises par la personne infectée
  •  ainsi que par l’intermédiaire des objets que le malade a pu contaminer, comme des vêtements ou du linge de lit, est éventuellement possible.  

Clinique

C’est une maladie éruptive cutanéo-muqueuse avec des lésions évoluant du stade papule vésicule au stade pustule et croute, accompagnées parfois de fièvre et d’adénopathies et de douleurs notamment en cas de lésions muqueuses.

Le patient est contagieux du début des symptômes jusqu’à la guérison complète des lésions cutanéo-muqueuses.

Le diagnostic est clinique, mais peut être confirmé par la biologie : identification du virus notamment par qPCR ou RT-PCR (réalisée sur prélèvements cutanés, prélevés par écouvillonnage, ou naso-pharyngé en cas de poussée éruptive dans la bouche ou la gorge).

Pour en savoir plus sur la maladie et sa prise en charge :

– le site COREB soignant

– réponse rapide de l’HAS : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/reco462_reponses_rapides_mpxv.pdf

Gessain A, Nakoune E, Yazdanpanah Y. Monkeypox. N Engl J Med. 2022 Oct 26. https://doi.org/10.1056/nejmra2208860

Protection des personnels

Les mesures de protection des personnels soignants doivent être appliquées dès la suspicion et découlent des modes de transmission– transmission interhumaine directe et indirecte, respiratoire et contact.

Le soignant qui prend en charge le patient doit prendre les précautions Air et Contact :

  •  Importance de l’hygiène des mains : SHA,
  •  Port d’un masque FFP2 (en s’assurant du bon ajustement au visage par Fit check),
  • Lunettes et gants en cas de contact avec les lésions,
  • Protection de la tenue avec surblouse, 
  • En cas de contact rapproché de type toilette : tablier ou de préférence surblouse étanche, couvrante.

En outre, on proscrira l’utilisation d’aiguille pour prélever ou percer les vésicules.

Vaccination

Depuis le 11 juillet 2022, en plus des personnes qui ont eu un contact à risque avec une personne malade, les personnes entrant dans les indications retenues par la HAS peuvent prendre rendez-vous pour se faire vacciner sur l’ensemble du territoire :

  • Les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes rapportant des partenaires sexuels multiples.
  • Les personnes trans rapportant des partenaires sexuels multiples.
  • Les travailleurs-ses du sexe.
  • Les professionnels exerçant dans les lieux de consommation sexuelle.
  • La vaccination peut aussi être envisagée au cas par cas pour les professionnels de santé amenés à prendre en charge les personnes malades.

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3376314/fr/monkeypox-la-has-complete-ses-recommandations-sur-la-vaccination

Traitement

Les traitements antiviraux spécifiques (tecovirimat, brindicidofovir) sont encore en cours d’évaluation

 

 AES : cas de monkeypox acquis en milieu de soins chez le personnel soignant

Revue de la littérature

accéder au document (pdf 3 pages)

 

Pour en savoir plus 

Informations destinées aux professionnels de santé :

Sites de langue anglaise :

mise à jour : nov 22

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?