Mise à jour : 03/06/2020

Masques chirurgicaux, masques FFP2

Messages clefs :

Un masque chirurgical porté par une personne contagieuse protège son entourage, y compris les soignants qui le prennent en charge

Un masque chirurgical porté par un soignant le protège des gouttelettes émises par le patient et protège son entourage (patients, collègues)

Un masque FFP2 protège le soignant lors d’actes à risque d’aérosolisation

Si les précautions d’hygiène ne sont pas respectées le masque peut, au contraire, être un vecteur de contamination

 Les masques chirurgicaux sont des dispositif médicaux (norme EN 14683) classés selon leur efficacité filtrante en type I ou type II.Ils sont  destinés à éviter la projection vers l’entourage des gouttelettes émises par celui qui le porte. Ils protègent également le porteur contre les projections de gouttelettes émises par une personne en vis-à-vis mais pas contre l’inhalation de très petites particules en suspension dans l’air.

Les masques FFP sont des appareils de protection respiratoire (norme NF EN 149), classés en 3 catégories d’efficacité croissante, FFP1, FFP2, FFP3. Ils sont est destiné à protéger celui qui le porte contre l’inhalation à la fois de gouttelettes et de très petites particules en suspension dans l’air.

Pour en savoir plus : consulter la rubrique du GERES :  Masques en ligne sur la page “Dispositifs barrières”

  Le masque FFP2  est réservé aux professionnels de santé, y compris en EHPAD, quel que soit le statut  Covid-19 du patient.

Il doit être impérativement porté pour la réalisation de certains actes à risque d’aérosolisation, impliquant des gestes invasifs ou des manœuvres au niveau de la sphère respiratoire et ORL : prélèvement naso-pharyngé, intubation, extubation, ventilation mécanique, aspirations, ventilation non invasive, kinésithérapie respiratoire, soins dentaires. 

   Le masque chirurgical (de type II R) est utilisé dans toutes les autres situations :

  • par tous les personnels de santé, bénévoles et autres intervenants dés l’entrée dans le bâtiment, dans tous les lieux communs, dans les unités de soins, mais également lors des pauses en commun en dehors des bâtiments que ce soit en établissement de santé (ES) ou médicaux-sociaux (EMS)

  • par les personnes chargées des premiers secours et en charge du transport sanitaire 

  • par les prestataires de services et distributeurs de matériel intervenant auprès d’une personne en état grave et/ou ventilé.

  • par les personnes présentant des signes d’infection respiratoire évoquant un Covid-19 et/ou patients confirmés Covid-19

  • par tout patient et accompagnant à l’entrée dans un établissement ES ou EMS (à défaut un masque “grand-public”)

Pour en savoir plus : consulter la rubrique du GERES :  Masques en ligne sur la page “Dispositifs barrières”

  Le masque FFP2  est réservé aux professionnels de santé (infirmiers, médecins dentistes, aides-soignants, kinésithérapeutes, biologistes) pour certains actes à risque d’aérosolisation : prélèvement naso-pharyngé, soins prioritaires d’urgence (soins dentaires, kinésithérapie respiratoire)…

   Le masque chirurgical est utilisé dans toutes les autres situations :

  • par tous les personnels de santé  : médecins, dentistes, kinésithérapeutes, pharmaciens et préparateurs d’officine, … bénévoles et autres intervenants dés l’entrée dans le local de travail, dans tous les lieux communs mais également lors des pauses en commun

  • par tous les personnels de santé présentant des signes respiratoires ou reprenant le travail dans les suites immédiates d’une infection COVID-19

  • par les transporteurs sanitaires et tout personnel de secours

  • par les prestataires de services et distributeurs de matériel intervenant auprès d’une personne en état grave et/ou ventilé

  • par  tout patient ou accompagnant à l entrée dans un cabinet libéral ( à défaut un masque “grand-public”)

Hygiène des mains  (eau et savon ) ou produits hydro-alcooliques

Repérer le haut  ( barrette nasale)

Passer les élastiques derrières la tête, de part et d’autre des oreilles

Vérifier que le masque couvre bien le menton

Ajuster le masque en pinçant la barrette sur le nez

Tester l étanchéité : couvrir le masque avec une feuille en plastique et inspirer; le masque doit se plaquer sur le visage

Après usage, retirer le masque par les élastiques

L éliminer et effectuer une hygiène des mains  (eau et savon ) ou produits hydro-alcooliques

Masque FFP : qui doit le porter ? Comment le mettre ? .  Lien vers la vidéo réalisée par  APHP

   Un masque chirurgical anti-projection peut être porté durant 4h d’affilée.

   Un masque FFP peut être porté durant 8h d’affilée (se conformer à la notice du fabricant).

La face externe des masques respiratoires est vite contaminée au contact de patients infectés COVID-19.

  • Le port du masque à UU (usage unique) doit être continu pas de réutilisation d’un masque à UU retiré.
  • Une fois ajusté, ne plus toucher le masque avec les mains
  • Hygiène des mains  :
    •  Avant de le mettre
    •  Après l’avoir mis
    •  Après toute manipulation
    •  Après l’avoir jeté (si UU) ou déposé (si réutilisable)

En situation de pénurie, et à titre exceptionnel, l’utilisation de masques FFP périmés peut être autorisée en réalisant les tests suivants avant utilisation :

  • Vérifier l’intégrité des conditionnements
  • Vérifier l’apparence (couleur d’origine) du masque
  • Vérifier la solidité des élastiques et de la barrette nasale de maintien du masque
  • Réaliser un essai d’ajustement du masque sur le visage

Les masques chirurgicaux anti-projection peuvent ne pas comporter de date de péremption. Ils pourront être utilisés sous réserve des mêmes vérifications (le test d’ajustement n’est pas réalisable).

Non. Le HSCP, dans son avis du 29 avril 2020*,  recommande de ne pas entreprendre des démarches de recyclages des masques chirurgicaux et de protection respiratoire de type FFP pendant cette pandémie COVID-19 dans le secteur sanitaire et médico-social, du fait de la diminution de la tension en approvisionnement et de l’absence de procédé complet de stérilisation validé à ce jour.

Il recommande de favoriser les stratégies alternatives au recyclage, de prolongation de port (cf. Avis de la SF2H du 14 mars 2020)  ou d’utilisation de masques SMS (Cf. Avis de SF2H/SF2S du 21 mars 2020) pendant la seule période de rationalisation du stock de masque dans l’objectif de prévenir la pénurie ;

*Compléments d’information :  Avis relatif aux risques liés 1) au retraitement des masques à usage unique, notamment dans le secteur de la santé, et aux modalités éventuelles de leur réutilisation, dans les secteurs médicaux, médico-sociaux et pour les autres activités professionnelles en dehors du champ de la santé et 2) aux conditions de prolongation du port des masques ou autres alternatives. 29 avril 2020. 

 

Les visières ou écrans faciaux protègent les yeux et le visage.

S’ils peuvent protéger les porteurs des grosses gouttelettes émises immédiatement par une personne à proximité et face à l’écran (toux, postillons..), ils ne sont pas suffisants pour protéger des fines particules restant en suspension.

En milieu de soins, les écrans faciaux ne doivent donc pas être utilisés seuls, mais en complément d’une protection respiratoire. Ces écrans protègent tout le visage, diminuent le risque de souillure du masque et minimisent le risque de toucher le visage au retrait par rapport aux lunettes de protection. 

Les masques de protection respiratoire répondant à des normes étrangères peuvent être utilisés dans le cadre de la prise en charge du Covid-19, en cas de pénurie en FFP2. Les performances du matériau filtrant sont très similaires entre les masques FFP2 (norme européenne EN 149), les masques KN95 (norme chinoise GB2626-2006), les masques N95 (norme américaine NIOSH 42C-FR84) ou d’autres (consulter  le tableau de l’INRS ).
Néanmoins, certaines propriétés exigées dans la norme EN149 doivent être vérifiées par un laboratoire notifié et ces masques doivent porter le marquage complémentaire suivant :
– COVID-19
– PPE-R/02.075 version
– CE xxxx (4 chiffres identifiant le laboratoire notifié)

Masques en tissus

Selon les documents, ces masques ont différentes appellations: masques en tissu, masques barrière, masques alternatifs ou masques non sanitaires ou grand public

Les masques en tissu peuvent être constitués de matériaux variés. Ces masques ne répondent pas à une norme de fabrication (voir notre rubrique masques) . Les études disponibles ont montré des performances moindres que les masques chirurgicaux. L’efficacité de filtration de ces derniers dépasse 95% sur les particules de 3 µ mais celle de certains masques en tissu peut atteindre 70% et plus.

En l’absence de masques chirurgicaux, ces masques réduisent très probablement les risques, de façon non négligeable, sous réserve que leur capacité de filtration soit vérifiée.

Les Ministères de l’intérieur, de l’industrie et de la santé, ont ainsi diffusé des recommandations conjointes sur les spécifications techniques, auxquelles ces masques doivent répondre. Deux nouvelles catégories de masques à usage non sanitaire ont été créées : des masques individuels et des masques à visée collective

Type de masque non sanitaire

Efficacité de filtration

de particules de 3 µ émises

Objectif

Usage

Masque individuel

(catégorie 1)

> 90%

Assure une barrière à la pénétration des gouttelettes émises par un tiers au contact des muqueuses (nez, bouche) Professionnels en contact rapproché avec le public (agents d’accueil, caisses, agents des forces de l’ordre…) 

Masque de protection à visée collective (catégorie 2)

> 70%

Évite qu’une personne (en toussant, parlant) n’émette dans l’environnement des gouttelettes Tous les professionnels d’un groupe portent ces masques

La liste des producteurs de ce type de masque non sanitaire de catégorie 1 ou 2 et répondant aux exigences respectives de ces deux catégories est disponible sur le site de la DGE (direction générale des entreprises) :  https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection

En l’absence d’accès à un masque chirurgical, voire même à un masque non sanitaire, certains proposent de fabriquer eux-même des masques artisanaux : il est important dans ce cas de respecter certaines conditions (voir QS suivante).

Connaître ces conditions de fabrication peut en outre aider les professionnels à répondre aux questions de patients symptomatiques isolés en famille à domicile, qui peuvent rencontrer des difficultés pour trouver des masques permettant de limiter les contaminations secondaires dans la cellule familiale.

Des recommandations techniques détaillées peuvent être trouvées

Tableau : recommandations pour la confection artisanale d’un masque (d’après guide et FAQ AFNOR

UTILISER

NE PAS UTILISER

étoffes serrées
 (popeline de coton, viscose, polyester..), étoffes permettant à l’air de 
passer pendant la respiration

  • suffisamment souples pour s’appliquer autour du visage pour une bonne étanchéité
  • Assembler 2 ou 3 couches (mêmes étoffes ou différentes étoffes) 
étoffes chaudes, irritantes

filtres à café ou aspirateur (potentiellement irritants, peu respirables et non lavables)

matériaux non lavables à 60°

une seule couche d’étoffe

agrafe dans la conception du masque

coutures verticales, le long du nez, de la bouche et du menton

– La SF2H ( Société d Hygiène Hospitalière) avec la SF2S (Société Française des Sciences de la Stérilisation ) a proposé, pour les établissements de santé, des critères de fabrication de masque en non tissé SMS (étoffe de stérilisation) , tutoriel disponible en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=QkEWqKntdSc)

Ils sont destinés surtout aux entreprises et à la population générale.

Pour différentes catégories de soignants exerçant notamment en libéral ou dans des établissements de type EHPAD, ils pourraient suppléer au manque de masques sanitaires.

Rappelons que les personnels de santé, lors de soins, doivent utiliser en priorité des masques FFP2 ou chirurgicaux. A défaut, dans des situations exceptionnelles, si ce type de masque était porté, il conviendrait de s’assurer qu’ils répondent aux spécifications et qu’ils sont de catégorie 1 (cf QS précédente).

En établissement de santé, la SF2H souligne que des masques alternatifs pourraient être utilisés dans les indications suivantes :

  • pour le personnel hospitalier ne travaillant pas dans les services de soins , sans contact avec les patients et présentant des symptômes respiratoires: administratif, logistique …
  • lors de déplacement en dehors des services de soins selon les éventuelles préconisations de l’établissement,
  • pour les patients Covid-19+ en retour à domicile.

Un masque en tissu doit être nettoyé, au bout de 4 heures de port et quand il est souillé ou mouillé : rappelons qu’il doit être manipulé le moins possible avec les mains une fois placé. S’il est retiré, il est placé dans un sachet ou boîte propre.
Il doit être lavé à 60°C pendant au moins 30 mn. Son séchage doit être rapide pour éviter la prolifération de micro-organismes, dans un endroit sec et aéré ou en sèche-linge ou avec un sèche-cheveu. Le repassage du masque peut compléter cet entretien, sous réserve que les matériaux utilisés le permettent. (Se  conformer aux préconisations du fabricant).
Un masque ne doit pas être réutilisé alors qu’il est encore humide. Il doit être jeté au bout d’un certain nombre de lavages (entre 5 et 20 selon les fabricants) et lorsqu’il est abîmé.

Une vidéo de l’ARS Normandie explique les consignes de lavage et de séchage.
https://twitter.com/ars_normandie/status/1264481476411830273?s=20

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?