La conduite à tenir après AES doit être connue de tous. Elle a été rappelée dans une circulaire du Ministère de la Santé visant à mettre en place un dispositif permanent garantissant la possibilité d’un accès à une prophylaxie contre le VIH dans un délai court quel que soit le lieu et le mode d’exercice – public, privé ou libéral – de la personne victime d’une exposition importante à du sang potentiellement contaminant.
Accéder à la circulaire en ligne sur le site de nosobase

Une actualisation des recommandations de prise en charge et de traitement après AES est régulièrement faite à l’occasion de la parution du rapport d’experts sur la prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH  (rapport Morlat).

Conduite à tenir en cas d’Accident Exposant au Sang

Premiers soins à faire en urgence

En cas de piqure, blessure :

  • Ne pas faire saigner
  • Nettoyage immédiat de la zone cutanée lésée à l’eau et au savon puis rinçage
  • Antisepsie avec dérivé chloré (Dakin ou eau de Javel à 2,6% de chlore actif dilué au 1/5)ou polyvidone iodée en solution dermique ou à défault, alcool à 70° (au moins 5 min)

En cas de contact direct du liquide biologique sur peau lésée :

  • Mêmes protocoles de nettoyage et d’antisepsie de la zone atteinte que précédemment

En cas de projection sur muqueuses et yeux :

  • Rincer abondamment à l’eau ou au sérum physiologique (au moins 5 minutes)

Prendre rapidement un avis médical : contacter un médecin référent

Qui évalue le risque infectieux :

  • statut VIH
    Si le statut sérologique VIH du sujet source n’est pas connu , il faut, avec son accord (hormis les cas où ce consentement ne peut être exprimé), réaliser une sérologie VIH, si possible avec un test rapide (TROD) pour éventuellement débuter le plus rapidement possible un TPE. (extrait du rapport Morlat)
  • mais également le statut VHC et éventuellement VHB si la victime n est pas immunisée ou autres infections

Qui vous informe des mesures à prendre :

une prophylaxie (TPE : traitement post-exposition, immunoglobulines spécifiques anti-VHB >+/- vaccination) peut vous être proposée. Elle se fera avec une information préalable sur ses effets et son déroulement. Elle nécessite votre consentement. Le traitement doit être débuté dans les heures qui suivent l’accident.

Mettre en place un suivi médical et sérologique si nécessaire

En cas d’exposition au VIH, le suivi sérologique est indispensable pour une éventuelle indemnisation en cas de séroconversion

Déclarer l’accident

Les modalités pratiques variant d’un établissement à l’autre et d’un régime social à l’autre, s’informer auprés du médecin du travail, du cadre ou du bureau du personnel.

AESclic (en cours de révision)

Ce site a été créé en collaboration avec le Département de Médecine Générale de Paris Diderot et le Groupe d’Etude sur le Risque d’Exposition des Soignants (GERES) et propose une conduite à tenir devant un accident d’exposition au sang aux différents acteurs de santé en particulier en ville.
L’objectif est de leur donner un outil de première évaluation du risque et de l’indication d’un éventuel traitement post-exposition aux médecins et soignants en ville qui n’ont pas de recours facile à un médecin référent.
Accéder au site AESclic

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?