La surveillance nationale des contaminations professionnelles par le VIH, le VHC et le VHB pour le personnel soignant

Cette surveillance a été transférée au GERES qui en assure la mise en œuvre et l’analyse des données, en collaboration avec Santé Publique France, dans le strict respect de la confidentialité.

Si vous avez connaissance d’une contamination virale chez un soignant dans les 5 dernières années, merci de la déclarer en utilisant le formulaire correspondant, disponible en cliquant sur les liens ci-dessous. Cette déclaration permettra de réaliser la mise à jour du bilan sur le nombre total de cas survenus en France, et d’aider à la prévention et à la prise en charge des expositions accidentelles

Télécharger les questionnaires et la notice d’information :

  • Contamination professionnelle par le VIH chez le personnel de santé en France
  • Contamination professionnelle par le VHB chez le personnel de santé en France
  • Contamination professionnelle par le VHC chez le personnel de santé en France
  • Notice individuelle d’information sur la surveillance nationale des contaminations professionnelles chez le personnel de santé

Les questionnaires sont à adresser sous pli confidentiel au :
GERES, Dr Dominique ABITEBOUL, UFR de Médecine Bichat, 16 rue Henri Huchard, 75018 PARIS

mise à jour : 31 mai 2017

Le point sur les séroconversions professionnelles

par le VIH, VHB et le VHC chez le personnel de santé en France ;
Le dernier rapport de  Santé publique France (ex InVS) sur cette surveillance date de 2010 (situation au 31/12/2009). Ces données ont été actualisées en 2012 mais ne sont pas publiées (elles sont reprises dans le diaporama).

Epidémiologie du risque lié aux AES

Les principaux risques infectieux liés aux AES sont présentés dans le diaporama ci-dessous

mise en ligne : mars 2016

Les autres pathogènes transmissibles

A l’occasion d’un AES, de nombreux agents pathogènes peuvent être transmis (bactéries, virus, champignons, parasites) : plus d’une cinquantaine de cas ont été décrits dans la littérature.
Article paru dans la revue Hygienes en 2003.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?